Législatives 2022: Jean-Luc Duret, candidat LREM de la Meuse, ne veut pas être élu

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jean-Luc Duret appelle les électeurs de la 2e circonscription de la Meuse à ne pas voter pour lui aux législatives. (Photo: Jean-Luc Duret, Facebook)
Jean-Luc Duret appelle les électeurs de la 2e circonscription de la Meuse à ne pas voter pour lui aux législatives. (Photo: Jean-Luc Duret, Facebook)

Jean-Luc Duret appelle les électeurs de la 2e circonscription de la Meuse à ne pas voter pour lui aux législatives. (Photo: Jean-Luc Duret, Facebook)

LÉGISLATIVES - Le slogan s’affiche en gros sur les réseaux sociaux et sur les panneaux d’affichage de la 2e circonscription de la Meuse. “Ne votez pas pour moi!”, implore le candidat La République en Marche Jean-Luc Duret. Un message original, surprenant, et qui pourtant n’a rien d’une blague.

“Chacun me savait candidat à l’investiture de la Majorité présidentielle (...). J’étais pour beaucoup, le ‘candidat naturel’”, écrit-il dans un message publié sur Facebook mercredi 1er juin. “C’était sans compter avec les manigances de ce que la politique meusienne compte de plus conservateur.”

Que s’est-il passé? Lorsque la députée sortante ex-LREM Emilie Cariou décide de ne pas se représenter, Jean-Luc Duret, responsable local du parti depuis 2018, pense être le candidat naturel. Que nenni, c’est Patrick François, ancien directeur Grand-Est de la Caisse des dépôts, qui est parachuté dans la circonscription. “Un candidat d’un autre âge dont même son parti d’origine n’a pas voulu”, s’étonne le consultant agricole.

“J’avais alors déposé ma candidature pour offrir à la Présidence la possibilité de corriger cette grossière erreur de casting, poursuit-il. Le matin du dernier jour possible pour le faire, j’ai tout de même retiré ma candidature car j’avais toujours dit qu’il était hors de question pour moi de diviser les voix non-extrémistes et non-populistes.”

Procédure d’expulsion du parti

Or, le tribunal de Nancy rejette la candidature de Patrick François “le vendredi 20 mai à 16h00, soit 2 heures avant la clôture des inscriptions”, détaille Jean-Luc Duret. Ce dernier dépose alors de nouveau sa candidature pour ne pas laisser sa circonscription sans représentant de la majorité.

Mais nouveau couac: au même moment, le prétendant débouté en raison de ses précédentes responsabilités “intervenait directement au sommet du MoDEM [qui fait partie d’Ensemble!, la coalition de la majorité présidentielle pour les législatives] pour faire investir la suppléante”, Anne Bois.

Lorsque le consultant agricole l’a su, les inscriptions étaient terminées et il était impossible de retirer une nouvelle fois sa candidature. Refusant toujours de “participer à la division des voix”, il appelle donc les électeurs à ne pas voter pour lui. “Je vous l’accorde, c’est un peu compliqué. Alors j’ai conçu et diffusé cette affiche pour donner un peu d’explications.”

À 20 Minutesil précise que les habitants ne recevront pas de propagande électorale avec son nom et insiste: il n’est pas un candidat dissident. LREM ne semble malgré tout pas apprécier la situation. Jean-Luc Duret a été suspendu de ses fonctions de référent du parti et une procédure d’exclusion a été enclenchée.

À voir également aussi sur le Huffpost: Le naufrage de cette candidate RN aux législatives n’est pas passé inaperçu

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles