Législatives 2022: esseulé, Reconquête! veut faire oublier la "déception" de la présidentielle

Éric Zemmour entouré notamment de Gilbert Collard et Stéphane Ravier le soir du premier tour de l'élection présidentielle à Paris, le 10 avril 2022.  - BERTRAND GUAY / AFP
Éric Zemmour entouré notamment de Gilbert Collard et Stéphane Ravier le soir du premier tour de l'élection présidentielle à Paris, le 10 avril 2022. - BERTRAND GUAY / AFP

L'union des droites n'aura pas lieu pour ces législatives 2022. Et cela pourrait gravement porter préjudice au parti d'Éric Zemmour. La jeune formation politique redoute un "vote utile" en faveur du Rassemblement national, après la "déception" de la présidentielle. Le candidat d'extrême droite était arrivé en dessous de ce que promettaient les sondages avec 7,07%.

Pas question pour autant de se laisser aller à la déprime. Le parti fondé par l'ex-journaliste, Reconquête!, se réunit ce samedi 7 mai à Paris pour effacer le souvenir de la défaite et préparer la nouvelle campagne à venir. Avec 550 candidats.

42 ans de moyenne d'âge

Le profil des prétendants est plutôt jeune. Quarante-deux ans de moyenne d'âge selon le parti. Le nom des investis se diffuse au compte-gouttes sur les réseaux sociaux. Parmi eux figure Damien Rieu, cofondateur du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire, qui brigue la circonscription de Menton dans les Alpes-Maritimes, le policier Bruno Attal, secrétaire général adjoint du syndicat France Police dans 14e circonscription du Rhône ou encore Patrick Jardin - père d'une régisseuse du Bataclan morte le soir des attentats de 2015 - dans le Nord.

Pour l'instant, le flou demeure sur une éventuelle candidature de ses principales figures, Éric Zemmour en tête. Sa prise de parole ce samedi devant les candidats de son parti devrait éclaircir ses ambitions. "Je suis très tenté, j'hésite encore", confiait-il encore mardi à nos collègues de l'Agence France-Presse (AFP).

Afin d'exister sur la scène nationale, "il faudra des généraux qui aillent au combat", a fait valoir sur LCI Guillaume Peltier, le seul député ex-LR à avoir rejoint les rangs d'Éric Zemmour. Le vice-président de Reconquête! n'a pas indiqué s'il rempilait, ou non.

Mains tendues et repoussées

Reconquête! s'est engagé: ses 550 candidats n'iront pas chasser sur les terres d'Éric Ciotti, de Nicolas Dupont-Aignan ou de Marine Le Pen. Leur main tendue au RN a été repoussée: le président du parti Jordan Bardella a annoncé l'intention de présenter un candidat dans chaque circonscription.

Des figures de la campagne Zemmour, comme Antoine Diers ou Jean Messiha, ont quitté le parti après la désillusion de la présidentielle. D'autres, comme Stanislas Rigault, chef de file des Jeunes avec Zemmour, sont approchés par le RN, tout en rejetant leurs avances.

"Je pense sincèrement qu'on travaillera avec Jordan Bardella dans les prochaines années, ou dans les prochains mois", a confié Stanislas Rigault sur CNews. "Alors essayons de travailler ensemble dans les prochaines semaines", a-t-il rétorqué.

À la réunion de ce samedi, tous les esprits ne seront pas tournés vers le palais Bourbon. "L'objectif est également de faire connaissance et de préparer les prochaines échéances électorales, comme les européennes en 2024", a précisé à l'AFP Benjamin Cauchy, porte-parole du parti et ancienne figure des gilets jaunes.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles