Législatives 2017: Une lycéenne menacée de mort à Calais pour avoir dénoncé cette prof candidate d'extrême droite

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

POLITIQUE - S'engager publiquement contre des formations d'extrême droite n'est pas sans conséquence. Manon Müller, lycéenne à Calais, l'a appris à ses dépens, rapporte Nord Littoral. Avec deux autres camarades du lycée Sophie Berthelot où elle étudie en terminale littéraire, la jeune fille a dénoncé la candidature de Marie-Jeanne Vincent, enseignante dans l'établissement.

La raison? Cette prof de lettre et de théâtre se présente dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais sous les couleurs du mouvement catholique intégriste -et classé à l'extrême droite- Civitas. Et l'engagement de la petite bande n'est pas passé inaperçu dans la presse locale.

La Voix du Nordou encore Nord Littoralont ouvert leurs colonnes à "Manon, Théo et Alexandre". Ils y dénoncent pèle-mêle "un parti catholique extrémiste, contraire aux valeurs que l'Education nationale défend" et ont signalé le cas de l'enseignante à l'UNSA, syndicat enseignant, ainsi qu'à la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme).

Du côté de la scolarité, la proviseure du lycée, Anne Blouin, a tenté de calmer le jeu, assurant qu'un "signalement a été fait à l'inspection académique" et qu'une "sanction" aurait été prise. Fin de l'histoire? Pas vraiment.

Et la fachosphère se réveilla

Cette polémique s'inscrit dans un contexte local particulier. La venue ce samedi 27 mai à Calais de Jean-Marie Le Pen en soutien aux candidats de Civitas fait d'ailleurs l'objet d'une "contre-manifestation", la formation d'extrême droite a d'ailleurs été contrainte de décaler la conférence de presse initialement prévue à 15 h pour 17h30, et dans un lieu encore tenu secret.

Alors quand la presse locale a relayé l'initiative des lycéens, la fachosphère, particulièrement mobilisée, s'est empressée...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles