Législatives: Éric Ciotti conteste son exclusion de LR et menace d'actions judiciaires

Éric Ciotti conteste toujours son exclusion des Républicains. Le président des LR affirme ce jeudi 13 juin au matin sur France 2 qu'il "ser(a) dans (son) bureau dans quelques instants", malgré son exclusion du parti mercredi.

Éric Ciotti avait été exclu "à l'unanimité" de LR par le bureau politique du parti, après son alliance avec le Rassemblement national. Mais le député conteste ce jeudi sa "valeur juridique".

"Ce n'est pas un bureau politique. Le bureau politique est convoqué par le président", argumente-t-il.

La menace "d'actions judiciaires"

Le député des Alpes-Maritimes a menacé ce jeudi son camp "d'actions judiciaires" et s'en prend aux élus LR qui veulent son départ. "Tout ça, ce sont des arguties, des petits combats de gens médiocres d'arrière-garde qui n'ont rien compris à ce qui se passait dans le pays", tance-t-il.

"On a vu le retour de tous ceux qui ont fait perdre la droite depuis des décennies", lance-t-il, avant d'appeler à "changer de cadre, de personnes", en faisant alliance avec l'extrême droite.

Il a par ailleurs regretté que "certains députés" selon lui prêts à le suivre dans cette alliance avec l'extrême droite se soient "laissés impressionnés par le poids des pressions qu'ils ont subies".

Éric Ciotti, qui a conclu une alliance avec le Rassemblement national en vue des législatives du 30 juin et du 7 juillet, s'est félicité de "l'union des droites", assurant que le qualificatif d'extrême droite donné à Marine Le Pen était "tellement ridicule", "tellement usé".

Article original publié sur BFMTV.com