Législatives: Éric Ciotti conteste la classification de ses candidats à l'extrême-droite

Une alliance avec le RN, mais sans la classification qui va avec? Éric Ciotti conteste la classification, par le ministère de l'Intérieur, des candidats de sa liste comme "l’union de l’extrême droite". L'instigateur d'une alliance entre LR et le RN dénonce ce jeudi 20 juin "une manœuvre scandaleuse et injuste".

"Cette manipulation grossière orchestrée par le ministère de l’Intérieur constitue un scandale démocratique d’une gravité inédite", dénonce le président des Républicains dans un communiqué.

Il dénonce aussi le fait que le Nouveau Front populaire "bénéficie d’une terminologie bien plus douce" en étant qualifié d'"union de la gauche", et s'estime "stigmatisé".

Le Conseil d'État a tranché

Ce débat avait déjà été soulevé en 2023 par le Rassemblement national. Le Conseil d'État avait alors tranché estimant que le RN appartenait bien au bloc "d'extrême droite".

En s'alliant avec le Rassemblement national, les candidats proposés par Éric Ciotti écopent donc du même qualificatif. En revanche, le Conseil d'État avait attribué la nuance "gauche" au Parti communiste français et à La France insoumise.

En proposant cette alliance avec le Rassemblement national, le président des LR a provoqué un séisme au sein de son parti, dont la plupart des cadres dénoncent cette union. Il en a même été exclu, avant que cette décision ne soit suspendue par la justice.

Malgré cela, Éric Ciotti a présenté 62 candidats soutenus par le Rassemblement national aux élections législatives anticipées.

Article original publié sur BFMTV.com