Aux législatives à Paris, Clément Beaune en ballottage défavorable

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Clément Beaune, candidat Ensemble! dans la 7e circonscription de Paris aux élections législatives. (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)
Clément Beaune, candidat Ensemble! dans la 7e circonscription de Paris aux élections législatives. (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)

Clément Beaune, candidat Ensemble! dans la 7e circonscription de Paris aux élections législatives.  (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)

POLITIQUE - Ballottage défavorable pour l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron. Désormais membre du gouvernement, Clément Beaune se frotte avec ces législatives à son premier scrutin. Candidat Ensemble! dans la 7e circonscription de Paris, il se qualifie ce dimanche 12 juin pour le second tour, sans réussir à s’imposer.

Le candidat LREM finit deuxième avec 34,7% des suffrages. Il affrontera au second tour la candidate NUPES l’avocate Caroline Mecary. Avec 39,5%, elle arrive en tête de ce premier tour.

Avant d’être récupérée par LREM en 2017, cette circonscription, à cheval entre les 4e, 11e et 12e arrondissements, était un fief de gauche. Mais il y a cinq ans, le représentant En Marche - un ancien du PS - avait écrasé son concurrent, avec 27 points d’avance au premier tour et 11 au second.

Cette fois-ci, la partie s’annonce plus serrée pour Clément Beaune. Au premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron est arrivé en tête dans la capitale, avec seulement 5 points d’avance sur Jean-Luc Mélenchon.

Pendant sa campagne, le monsieur Europe du gouvernement a donc misé sur son passé d’ex-socialiste - il est aussi adhérent à Territoire de projets, microparti de l’aile gauche LREM - pour gêner la candidate NUPES. “Beaucoup me disent: ‘je n’aime pas Mélenchon mais je veux envoyer un signal de gauche’”, confiait-il à l’AFP quatre jours avant le premier tour. La stratégie s’est révélée payante, puisqu’elle lui offre sa place au second tour. Mais sans panache. Tout reste donc à faire s’il veut obtenir la mandature, et conserver son poste au gouvernement.

À voir également sur Le HuffPost: Vous ne comprenez rien aux législatives? On vous décrypte le lexique

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles