Législatives : à Marseille, les tractations vont bon train pour unir la gauche

·1 min de lecture

Il reste 47 jours aux partis pour mobiliser les électeurs en vue des législatives . Ils doivent également définir, eux aussi, leur stratégie. À gauche, la bataille pour le troisième tour est lancée avec une réunion mercredi entre La France insoumise et le Parti socialiste pour trouver une bannière commune aux élections législatives, avec les Verts, le Parti communiste et le Nouveau Parti anticapitaliste. Les discussions ont déjà commencé, mais à ce stade, aucune fumée blanche. Illustration à Marseille , fief de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon .

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"Seuls nous n'y arriverons pas", concèdent les cadres insoumis du département, comme Mohamed Bensaada, qui suit les négociations depuis près de deux semaines. "Il y a des bonnes nouvelles qui viennent du côté des écologistes, il y a des bonnes nouvelles qui viennent du côté des communistes...", retrace-t-il au micro d'Europe 1. "Nos collègues, qui travaillent aux négociations, ne dorment pas depuis 284 heures. Ils font pour le mieux. On a des avancées, on a des reculs, on voit les courriers qui s'échangent. Il y a du positif. Moi, je garde espoir qu'on arrive à aboutir à quelque chose de pertinent", lâche-t-il, confiant.

Date butoir fixée au 7 mai pour un accord

L'Union populaire et non l'Union de la gauche, avec la volonté de sortir de cette logique des vieilles ententes de cartel, glisse Katia Yakoubi, animatrice de la campagne mar...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles