Législatives à Madagascar: le vote marqué par des tensions, l’opposition crie à la fraude

Les bureaux de vote à Madagascar ont fermé leurs portes, avec plus de 11 millions d’électeurs appelés mercredi 29 mai à élire leurs 163 députés sur toute l’île. À Antananarivo, la capitale, les électeurs ont semblé se déplacer en nombre tout au long de la journée, a contrario de la dernière élection présidentielle. Mais la journée est déjà marquée par l’opposition qui a pointé des fraudes, et des tensions qui ont également éclaté dans des bureaux de vote.

À quelques minutes de l’heure de la fermeture des bureaux de vote, un incident éclate dans la cour sablonneuse de ce centre électoral d’Andavamamba, bas quartier de la capitale. Un chef fokontany, l’autorité du quartier, interdit avec véhémence un observateur électoral d’accéder aux bureaux de vote.

Ce dernier, tremblant, raconte à notre correspondante à Antananarivo, Pauline Le Troquier avoir dénoncé une irrégularité : « Il me menace parce que j’ai été témoin d’une irrégularité. J’étais dans un bureau de vote et la personne qui est en charge de distribuer le bulletin unique indique à chaque fois aux électeurs la case n°4. Elle correspond à celle du candidat du pouvoir. »

En dehors d’Antananarivo, la tension est aussi montée d’un cran lorsque l’opposition, par la voix de ses candidats, a dénoncé sur les réseaux sociaux des fraudes, comme des procès-verbaux signés avant même le dépouillement.


Lire la suite sur RFI