Législatives à Madagascar: l'Observatoire Safidy évoque un «scrutin entaché d'incidents inquiétants»

À Madagascar, trois jours après les élections législatives qui visaient à renouveler entièrement les 163 députés au sein de l’Assemblée nationale, l’Observatoire Safidy, la plus grande mission d’observation électorale du pays, a rendu public ses premières constatations.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Fort de ses observateurs citoyens déployés dans presque 4 000 bureaux de vote (sur les 28 000 du pays), Safidy dresse une première situation globale : « une participation plus active des acteurs politiques, mais un scrutin entaché de quelques incidents inquiétants ».

Des électeurs à qui l’on permet de voter plusieurs fois, d’autres qui accèdent aux urnes sans pièce d’identité, des distributions d’argent ou de vivres par les candidats ou leurs partisans, voilà quelques-unes des irrégularités relevées par l’Observatoire Safidy le jour du scrutin. « Safidy va déposer des requêtes et traiter les situations au cas par cas selon les preuves que nous allons recevoir des observateurs qui sont encore sur terrain. Donc, nous ne pouvons pas encore nous prononcer sur le fait que cela compromette ou non les résultats des élections », explique Carinah Rahaivojaonina, porte-parole de Safidy.

Dans son rapport préliminaire, l’observatoire met une nouvelle fois en doute la neutralité, l’impartialité et l’indépendance de la Céni, la Commission électorale en charge de l’organisation des scrutins. Cette dernière avait été la cible de critiques intenses – notamment de l’opposition – lors de l’élection présidentielle de 2023.


Lire la suite sur RFI