Législatives à l'étranger : accusations et menaces dans la 8e circonscription

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Fiora Garenzi / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Accusations musclées contre le Quai d'Orsay et menaces contre la famille d'une candidate : la lutte pour la 8e circonscription des Français de l'étranger, qui comprend notamment Israël et l'Italie, se durcissait jeudi avant le second tour des législatives. A quelques jours du second tour organisé dimanche, Meyer Habib (UDI-LR) en pole position au soir du premier tour a accusé le Quai d'Orsay de ne pas avoir ouvert pour ce scrutin des bureaux de votes à Eilat, Beersheva et Ashdod, trois villes d'Israël, pays qui compte le plus grand nombre d'électeurs de cette circonscription.

"19.000 Français privés d'Israël privés de vote !"

Meyer Habib, proche de l'ex-Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a terminé au premier tour avec 28,85% des voix, devant Deborah Abisror-De Lieme (En Marche, 27,78%) et les candidats de Nupes (18,84%) et Reconquête (6,91%). "SCANDALE! 19.000 Français d'Israël privés de vote à l'urne par le Quai d'Orsay! Pourquoi ? Antisionisme ? Antisémitisme ?", a écrit jeudi sur son compte Twitter Meyer Habib, relevant que des bureaux avaient été ouverts "pour 3.000 Français à Agadir".

"Antisionisme ou stigmatisation des Français juifs d'Israël? La question se pose. Tous les moyens sont déployés pour m'abattre", a ajouté le député, se demandant si le consulat français à Tel-Aviv ou le ministère des Affaires étrangères à Paris avaient fait fuiter cette semaine une note diplomatique contre lui publiée dans le Canard enchaîné.

Le candidat en tête s'apprêterait à a...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles