Législatives : à droite, une campagne sur fond de trahisons

© AFP

C’est par un texto que Robin Reda a averti samedi Christian Jacob, au moment même où le président des Républicains réunissait le conseil national du parti pour lancer la campagne législative. Investi par Les Républicains (LR) dans l’Essonne, ce député proche de ­Valérie Pécresse a décidé de rallier la majorité présidentielle : c’est sous l’étiquette Renaissance qu’il se présentera finalement au scrutin des 12 et 19 juin. « La situation du pays exige le dépassement, politique et humain, pour réussir les réformes difficiles mais nécessaires », a-t-il expliqué sur Twitter. Une décision qui lui vaudra de devoir affronter un adversaire LR, a prévenu Christian Jacob.

Cette défection a été rendue publique alors que les barons de la droite, réunis à huis clos, se succédaient à la tribune pour défendre une ligne d’indépendance à l’égard du macronisme comme du ­lepénisme, et dénoncer par avance, à l’image de Laurent Wauquiez, « les trahisons que certains préparent, qui ne peuvent que provoquer l’écœurement ». « Ne baissez pas la tête, a lancé le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Nous vivons une épreuve qui peut être fondatrice. »« Nous sommes toujours debout, toujours vivants et nous entendons le rester, dans l’indépendance », a renchéri Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France.

« Rien n’est joué » pour les législatives, veut croire Christian Jacob

« Rien n’est joué » pour les législatives, veut croire Christian Jacob, alors que les 80 députés LR sortants entament une...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles