La légende du street-art T-Kid graffe la persévérance au collège Léon-Blum

Libération.fr
Au collège Léon-Blum de Villiers-le-Bel où le street artiste T-Kid est venu donner un cours de graffiti, le 7 mars.

L’artiste américian parraine un ambitieux projet d'éveil artistique mêlant graff, photo et peinture dans un établissement scolaire de Villiers-le-Bel. En prélude de la semaine de la persévérance scolaire qui se déroulera du 13 au 18 mars dans l’académie de Versailles, l'ancien décrocheur a livré un discours volontariste à des élèves réceptifs.

Mardi 7 mars, le collège Léon-Blum de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), dans la rue du même nom, est en ébullition. Chauffé à blanc comme dans une salle de concert, le hall du pôle culturel vit hors du temps. Des troisièmes préparent leurs formules de salutations en anglais. Les blagues fusent. Les élèves soufflent sur les braises ardentes de ce climat d’allégresse. L’homme tant attendu débarque. «Yo T-Kid ! Yo T-Kid !» Les décibels crèvent les tympans.

A voir aussi : Notre diaporama photo

A bientôt 56 ans, T-Kid 170 est une figure emblématique de la scène graffiti américaine. Ses collaborations vont du groupe de rap Wu-Tang Clan à Andy Warhol, en passant par Basquiat. En France, il est l’auteur d’une fresque murale entre la canopée et le jardin des Halles de Paris, à l’initiative du centre hip-hop La place. «On est loin de Paris. Personne ne nous calcule. Il vient du Bronx pour nous voir. C’est ouf !» s’enthousiasme un trio. L’artiste se déplace en effet sur ses propres deniers. «Nous n’avons pas les moyens de le faire venir. Il est d’une générosité incroyable. Les enfants méritent d’avoir quelqu’un d’important», lâche Catherine Sizun. L’enseignante contractuelle en vente est à l’origine de la venue d’une figure tutélaire de l’art de rue.

Fresque murale géante

Julius Cavero, de son vrai nom, est entré dans l’histoire de la peinture urbaine grâce à son style basé sur un jeu de lettrage en 3D et ses personnages atypiques dont le fameux «Yo man». Il est venu réaliser une fresque murale d’ampleur dans le bâtiment de la Segpa (sections d’enseignement général et professionnel adapté), situé en fond de cour, vidé d’une partie de ses (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

À Châteauroux, Marine Le Pen sur l'air du grand complot
Benoît Hamon, à la recherche du «déclic»
Il y a cinq ans, Mohamed Merah démarrait sa course meurtrière
Le street-artiste T-Kid graffe au collège
Caricature antisémite de Macron : la défense des Républicains tient-elle ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages