Une légère stimulation électrique du cerveau de personnes âgées améliore leur mémoire

En raison du vieillissement rapide de la population mondiale, développer des technologies visant à protéger ou à améliorer la mémoire chez les personnes âgées est l’un des objectifs de la recherche médicale. Et si, en quatre jours consécutifs de stimulation électrique cérébrale, nous pouvions améliorer notre mémoire ?

Des neuroscientifiques de l’université de Boston ont testé l’expérience sur des adultes âgés de 65 à 88 ans. Les résultats de leur étude publiée dans Nature Neuroscience rapportent des améliorations de la mémoire qui ont persisté jusqu'à un mois.

Les mémoires à court et long terme : des zones et des fréquences distinctes

Des travaux antérieurs suggèrent que la mémoire à long terme et la mémoire de travail (à court terme) sont régulées par des parties différentes du cerveau. D’après une précédente étude, la capacité de mémoire de travail est augmentée par la stimulation électrique à basse fréquence du lobe pariétal inférieur. Au contraire, la mémoire à long terme est améliorée par la stimulation électrique à haute fréquence du cortex préfrontal dorsolatéral (à l'avant du cerveau).

Non invasive, la méthode de stimulation transcrânienne à courant alternatif délivre des courants électriques au moyen d’électrodes à la surface du cuir chevelu. Pendant la stimulation de vingt minutes, des listes de mots lus à haute voix devaient être mémorisées par les participants.

Après quatre jours consécutifs de ce protocole, les personnes ayant reçu une stimulation à haute fréquence du cortex préfrontal dorsolatéral présentaient une meilleure capacité à se souvenir des premiers mots, suggérant une meilleure mémoire à long terme. En revanche, les personnes ayant reçu une stimulation à basse fréquence du lobe pariétal inférieur présentaient une meilleure capacité à se souvenir des mots plus récemment énumérés, ce qui fait appel à la mémoire de travail.

Les stimulations ont été testées sur deux zones différentes du cerveau, sous deux fréquences (4 ou 60 Hertz). © Grover, Wen,...
Les stimulations ont été testées sur deux zones différentes du cerveau, sous deux fréquences (4 ou 60 Hertz). © Grover, Wen,...

> Lire la suite sur Futura