L'écrivain Pierre Guyotat, prix Medicis en 2018, est mort à 80 ans

franceinfo avec AFP

Avec "Tombeau pour cinq cent mille soldats" et "Eden, Eden, Eden", il restera comme l'auteur de deux œuvres majeures de la littérature française du XXe siècle.

Son roman Idiotie lui vaudra le prix Médicis en 2018. L'écrivain Pierre Guyotat est mort dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 février à l'âge de 80 ans, a annoncé sa famille à l'AFP. Celui qui a toujours préféré la discrétion à la lumière restera comme comme l'auteur de deux œuvres majeures de la littérature française du XXe siècle : Tombeau pour cinq cent mille soldats, écrit en 1967 sur la guerre d'Algérie, et Eden, Eden, Eden, paru en 1970 et jugé pornographique par les autorités françaises de l’époque, interdit de publicité, d’affichage et de vente aux mineurs. Ce second livre, cru, parfois insoutenable, conforte son image d'écrivain maudit. Il met le lecteur loin de sa zone de confort mais sa syntaxe, sa langue sans pareil, font de Pierre Guyotat un écrivain unique et sidérant.

Victime de la censure, rebelle à toute forme d'autorité, il signe en 1977, aux côtés de 68 autres intellectuels et écrivains de renom (Barthes, Beauvoir, Sartre, Chéreau, Kouchner, Lang...) une pétition rédigée par Gabriel Matzneff réclamant un assouplissement des lois régissant les relations entre mineurs et majeurs. Cette pétition finira par être exhumée au début de l'année à l'occasion de l'affaire Matzneff.

Un détective à ses trousses

Sans le chercher, Pierre Guyotat fait souvent scandale. Ses œuvres, toujours incandescentes, sont mises à l'index pour "obscénité". Au soir de sa vie, dans Par la main dans les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :