L'écrivain Maurice Genevoix, ou "le premier de nos écologistes"

·1 min de lecture

Il fait son entrée au Panthéon ce mercredi à 18 heures. Maurice Genevoix (1890-1980), l'un des grands écrivains de la Grande Guerre et académicien français, sera inhumé dans la Nécropole des "Grands hommes" au cours d'une cérémonie en présence du chef de l'Etat. Invité de Patrick Cohen, son petit-fils Julien Larère-Genevoix est revenu sur son plus célèbre ouvrage, Ceux de 14, mais également sur un autre pan méconnu de la carrière de l'auteur. Car Maurice Genevoix écrivait aussi sur la nature, les arbres, les animaux.

>> LIRE AUSSIL'entrée au Panthéon de Maurice Genevoix, un hommage "à tous les anonymes" de 14-18

Des thématiques que l'on retrouve notamment dans son oeuvre Raboliot, qui conte la vie d’un braconnier de Sologne, et a obtenu le prix Goncourt en 1925. Cet amour et ce respect pour la nature amènent d'ailleurs Valéry Giscard d'Estaing à le qualifier à sa mort, en 1980, de "premier de nos écologistes". "La nature l'a véritablement consolé après le premier conflit mondial. C'est comme ça qu'il se réenracine au monde. La nature est sa consolation et donc il va écrire sur la elle parce que pour lui, c'est le contrepoint, ce qui lui permet de rester parmi les vivants après les horreurs", confie Julien Larère-Genevoix.

"Celui qui alerte très tôt sur les dangers"

"Il va développer bien avant l'heure, peut-être pas une forme d'écologie politique, mais en tout cas une attention. C'est celui qui alerte très tôt sur les dangers. Ce n'est pas un oiseau de mauvaise augur...


Lire la suite sur Europe1