A l'écoute de la mer Méditerranée, la mission Sphyrna Odyssey a entendu le silence du 1er confinement

·2 min de lecture

La mission Sphyrna Odyssey 2019-2020, dont les résultats ont été présentés en mars 2021 lors de la Monaco Ocean Week, a mené une étude sur le comportement acoustique des cétacés et a opportunément écouté les fonds marins lors du premier confinement.

Lors du premier confinement, un silence inhabituel est tombé dans les rues... et dans les fonds marins ? Une mission baptisée Sphyrna Odyssey avait pour sujet l'écoute du milieu en mer Méditerranée de septembre 2019 à mai 2020. Soutenue par la Fondation Albert II de Monaco, elle a été pilotée par le Pr Hervé Glotin (CNRS-Université de Toulon) et a été présentée lors de la Monaco Ocean Week qui s'est tenue du 22 au 26 mars 2021.

Des missions pendant une dizaine de mois sans avoir à toucher terre

Afin de mesurer la densité et le comportement de plusieurs espèces de cétacés dans la Méditerranée, les chercheurs ont utilisé des navires particuliers baptisés SphyrnaALV et inventés et produits par l'entreprise Sea Proven. Ces navires laboratoires peuvent être équipés de capteurs, d'instruments de mesure et peuvent réaliser des prélèvements d'eau à intervalles réguliers. Ils sont en outre capables de transporter une tonne de charge utile. "De par leurs deux coques asymétriques, le tangage et le roulis des navires sont fortement diminués. Cela offre aux SphyrnaALV une stabilité extraordinaire mais également très peu de perturbations sonores et physiques par rapport aux instruments à bord", explique à Sciences et Avenir Antoine Thébaud, directeur général de Sea Proven. En outre, ils sont autonomes grâce à leur moteur électrique alimenté par une production d’énergie hybride : solaire, éolienne et hydrolienne. "Cela permet d’alimenter la propulsion des navires ainsi que l’instrumentation à bord et tout ceci sans aucune consommation d’énergie carbonée en opération, poursuit M. Thébaud. Tous ces éléments nous permettent d’opérer des missions en pleine mer à une vitesse de 5 nœuds pendant une dizaine de mois sans avoir besoin de toucher terre". En outre, ils sont légers mais robustes. Une qualité nécessaire alors que les conditions hivernales peuvent être difficiles dans la Méditerranée.

Crédit : REMI DEMARTHON

Une pollution acoustique réduite durant le confinement

Lors de cette [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi