L'économie française résiliente face au troisième confinement, selon la Banque de France

·1 min de lecture

L'économie française souffre beaucoup moins de la crise du Covid-19 qu'il y a un an malgré les nouvelles restrictions sanitaires, avec une perte d'activité entre quatre et cinq fois moins importante, a estimé lundi la Banque de France. Conséquence, la banque centrale ne prévoit pas pour l'instant de revoir sa prévision de croissance 2021, pour l'instant de 5,5%.

Le recul du produit intérieur brut (PIB) par rapport à avant la crise sanitaire a été de 4% en mars et sera limité à environ 7% en avril, selon la note de conjoncture mensuelle de la banque centrale. La perte d'activité avait atteint son maximum en avril 2020, avec 31%, après 18% en mars, par rapport aux mois de référence de janvier et de février 2020. "Ceci témoigne d'une résilience accrue de l'économie aux contraintes sanitaires", selon la note qui se base sur les résultats d'une enquête menée auprès de 8.500 chefs d'entreprise, qui toutefois n'inclut pas le commerce de détail.

Apprendre à vivre avec l'épidémie 

Cette résistance accrue s'explique par l'apprentissage des mesures de distanciation et la mise en place d'équipements pour le télétravail par les entreprises mais aussi par une économie mondiale qui n'est plus à l'arrêt avec "un commerce international qui est en forte reprise" tout comme l'Asie et les Etats-Unis, a expliqué lors d'une présentation à la presse le directeur général de la Banque de France, Olivier Garnier.

Face à ces "bonnes surprises", "nous n'anticipons pas de révision significative de notre p...


Lire la suite sur Europe1