L'écologiste Eric Piolle ne veut pas qu'un rassemblement de la gauche "soit une opération de communication"

·1 min de lecture

Rassemblement de la gauche, partie 2. Ce lundi après-midi, les forces de gauche et écologistes doivent se retrouver lors d'une réunion en visioconférence, pilotée par Laurence Tubiana, présidente de la Fondation européenne pour le climat, deuxième étape de l'initiative lancée en avril dernier dans le JDD par Yannick Jadot. Et déjà, certains manquent à l'appel. A l'instar d'Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble. Dans une interview au Parisien, ce dernier indique ne pas vouloir d'une "opération de communication" et préfère respecter certaines "étapes démocratiques", notamment les élections régionales et départementales à venir. 

Lire aussi - Eric Piolle, maire EELV de Grenoble : "Il ne faut pas faire de hold-up sur l’union de la gauche"

"Contrairement à Emmanuel Macron, nous n'avons aucun intérêt à enjamber ces élections pour nous projeter directement dans la présidentielle", assure-t-il, rappelant la nécessité de discuter pour élaborer un programme commun entre les différentes forces politiques. "Mais sans candidat désigné et à un an de la présidentielle, ces discussions relèvent des partis politiques, et non des candidats putatifs", souligne l'édile. 

"L'écologie au pouvoir sera portée par une équipe"

Le maire de Grenoble, qui rappelle son engagement politique depuis dix ans, défend un "arc humaniste" : de "Matthieu Orphelin" à "la France Insoumise", mais aussi les ONG, syndicats et membres de la société civile. "Je continue à avoir des liens avec chacun, sur le fond pour ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles