L'écolo Sandrine Rousseau défend vivement sa position sur le voile

·2 min de lecture

Invitée d'Europe 1, la candidate à la primaire écologiste a longuement expliqué sa position sur le voile islamique, dont elle se refuse à prôner l'interdiction tout en considérant qu'il s'agit d'un «vêtement sexiste».

Sandrine Rousseau avait dû concéder, la semaine dernière, avoir eu «une phrase maladroite» après ses propos sur BFMTV suggérant qu'avoir en France de «potentiels terroristes» venus d'Afghanistan permettrait de les «surveiller». Sur Europe 1, mercredi matin, la candidate à la primaire écologiste s'est à nouveau longuement expliquée sur l'accueil de réfugiés afghans, qu'elle prône, notamment pour ceux qui «ont aidé les Français et les forces internationales» et «qui risquent leurs vies à l’instant où les talibans arrivent chez eux». Interrogée par la journaliste Sonia Mabrouk, elle a également dû répondre à un parallèle établi par l'intervieweuse entre la situation des femmes en Afghanistan et celle des Françaises qui portent le voile.

«On confond terrorisme et population civile sur place… La population civile qui se massait à l’aéroport n’était pas des terroristes, ce sont des personnes qui fuyaient les talibans (...) La peur du terrorisme nous fait perdre nos valeurs aujourd’hui», a tout d'abord déploré l'écologiste. Puis la journaliste l'a interpellée : «Pourquoi, alors, vous considérez une régression, un enfermement dans un pays et ça ne vaut pas dans un autre pays comme la France, quand on cache le corps de la femme. Vous ne vous en indignez pas autant.» Sandrine Rousseau a répondu que «l’émancipation des femmes ne passe jamais par une interdiction du vêtement». «Donc on peut s’indigner, dénoncer la burqa en Afghanistan, et vous accommoder de la burqa de bain dans les piscines des municipalités écologistes», a répliqué Sonia Mabrouk, dans une apparente allusion au burkini, un maillot de bain qui couvre le corps et dont le port ou la vente ont régulièrement fait polémique en France ces dernières années. «Je vais(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles