L'école française face à la multiplication des tenues islamistes

C'est une enquête parue dans les pages du journal l'Opinion qui a fait grand bruit. Selon le quotidien, de plus en plus d'élèves portent des tenues islamiques dans les lycées, à savoir l'abaya, longue robe ample, ou le qamis, vêtement long porté traditionnellement par les hommes musulmans. Interrogé à ce sujet lors de son déplacement avec le ministre Pap Ndiaye à Marseille ce jeudi, pour faire la promotion de "l'école du futur" , le chef de l'État s'est exprimé au micro d'Europe 1. "Quand il y a des épidémies, il faut qu'il y ait des symptômes et en mesure", a assuré Emmanuel Macron. "Nous sommes en situation constamment de le mesurer. Donc on fait remonter ces informations - c'est la responsabilité de Monsieur le ministre."

"Il ne doit y avoir aucun tabou"

Le renseignement territorial a déjà alerté le ministère de l'Intérieur. Les différents rectorats ont eux aussi fait remonter à leur hiérarchie. Au ministère de l'Éducation, le dossier devrait être rapidement soumis à Pap Ndiaye, à ses côtés justement. Alors que les oppositions de droite avaient dénoncé une certaine vision communautariste du nouveau ministre de l'Éducation à sa nomination, Emmanuel Macron a tenu à mettre les choses au clair.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"La politique que je veux conduire est toujours la même : celle de la vérité. Il ne doit y avoir aucun tabou, aucun interdit et non plus aucun fantasme. Et ensuite, je veux que la loi de la République s'applique et la loi es...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles