L'école face aux atteintes à la laïcité

·1 min de lecture

Les plus jeunes ne sont pas à l'abri. Dans cette école élémentaire du nord de Paris, une discussion sur la religion a dérapé mi-septembre. Deux camps se sont vite formés. D'un côté, les enfants qui pensent que leurs parents les ont créés. De l'autre, ceux qui disent que c'est Dieu. Le ton est monté. Et un élève a fini par lâcher : "Ceux qui ont attaqué Charlie Hebdo ont eu raison de tuer des mécréants!" Les atteintes à la laïcité affectent aussi l'école primaire. C'est le constat dressé par Jean-Pierre Obin, auteur il y a quinze ans d'un rapport sur le port de signes religieux en milieu scolaire.

Dans son dernier livre, Comment on a laissé l'islamisme pénétrer l'école (éditions Hermann), l'ancien inspecteur général de l'Éducation en multiplie les exemples : garçons de 10 ans faisant le ramadan, fillettes arrivant voilées, revendications à la cantine, robinets réservés aux enfants musulmans en maternelle ou refus d'écouter le conte Les Trois Petits Cochons.

 

Quelque 900 signalements d'atteinte à laïcité

Le ministère de l'Éducation a enregistré quelque 900 signalements d'atteinte à laïcité dans les 52.246 établissements scolaires publics d'avril à juillet 2019, dont 37% dans le primaire. "C'est insignifiant", juge-t-on au SNUipp-FSU, syndicat majoritaire chez les instituteurs. "Dans 98% des cas, les problèmes se résolvent grâce au dialogue", tempère aussi Rémy Sirvent, secrétaire général du Comité national d'action laïque.

Lire aussi - Islamisme, les risques de l'offensive de Ma...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles