L'école à la maison commence avec une série de pannes informatiques

·1 min de lecture

Ce mardi 6 avril au matin, élèves, professeurs et parents ont signalé sur les réseaux sociaux des bugs et plantages au moment de se connecter sur les espaces de travail numériques pour suivre les cours. Selon le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, le site du CNED aurait été victime d'une attaque informatique.

Comme à l’occasion du premier confinement, l'école à la maison a débuté ce mardi 6 avril avec de multiples bugs signalés par des professeurs, parents et élèves, en raison de serveurs numériques inaccessibles ou défaillants.Selon le syndicat du secondaire Snes-FSU, ces soucis de connexion concerneraient " l’Ile-de-France, le Grand-Est, la Normandie, vers Orléans-Tours... et le site virtuel du CNED ". Sur l’ENT d’Île-de-France, notamment, un message d’erreur apparaît : " Quand le nombre d’utilisateurs maximum est atteint, il vous faut patienter pour y accéder à votre tour. Désolé pour cette contrainte. Revenez et essayez à nouveau d’ici quelques minutes. Merci de votre compréhension ". " Il semble que ce sont à la fois les environnements numériques de travail (ENT) liés aux collectivités et au ministère de l'Education qui ont planté " a déclaré la porte-parole du syndicat, Sophie Vénétitay. Concernant le site du CNED, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué de son côté une " attaque informatique " " apparemment venue de l'étranger ".Selon @jmblanquer , "très forte attaque" informatique ce matin contre...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République