Léa Salamé revient sur son face-à-face avec Nicolas Sarkozy qu'elle avait "pitoyablement perdu" : "Je suis redescendue de 2 étages"

·1 min de lecture

Léa Salamé n'est vraiment pas du genre à garder sa langue dans sa poche. Si elle est aujourd’hui l’une des figures du journalisme politique, la matinalière de France Inter n'a jamais hésité à prendre des décisions fortes. Comme lorsqu'elle s'est éloignée de l'antenne alors que son compagnon, le député Raphaël Glucksmann, participait aux élections européennes. Car une chose est sûre : hors de question pour Léa Salamé d’être accusée de "connivence" : "Je suis d’une génération qui ne dîne pas avec les hommes politiques (…) je n’ai pas de contacts avec eux", a-t-elle expliqué dans le podcast de Franceinfo, Au comptoir de l’info. Voilà des années que la journaliste de 41 ans se frotte aux politiques. Mais l'un d'eux a particulièrement marqué sa carrière.

Si elle déteste le mot "clivante", Léa Salamé assume son tempérament désormais légendaire face aux femmes et hommes politiques : "Tout intervieweur est un peu clivant, sinon c’est une interview caresse et ça ne sert à rien. Je ne veux ni faire plaisir à mon invité, ni lui porter de tort." Néanmoins, la journaliste d’origine libanaise veut bien admettre qu’à ses débuts elle était "trop agressive". "J'avais l’impression qu'il fallait faire un match. Je me rappelle d'un match avec Nicolas Sarkozy que j’avais pitoyablement perdu d’ailleurs, parce que tu perds les matchs face à Sarko." Et c’est ce fameux "match" avec l’ancien président de la République qui lui a fait prendre conscience de beaucoup de choses.

"Ma mère m’a envoyé un mail après (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Hommage à Lady Diana : les princes Harry et William enfin réunis pour saluer la mémoire de leur mère (PHOTOS)
Meghan Markle sans Harry : elle doit affronter seule un nouveau deuil
10 ans de mariage de Albert et Charlène de Monaco : retour sur les moments forts de leur belle histoire
Le prince Harry "prêt" à se réconcilier avec son frère William... malgré les tensions autour de Meghan Markle
"Il y en a même qui ne sont rien du tout !" : François Hollande raille Emmanuel Macron à l'avant-première du film Présidents

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles