Voici l'âge idéal pour arrêter de fumer et préserver sa santé

Les scientifiques ont calculé l'âge limite pour arrêter de fumer et de ne pas avoir plus de risque de mortalité supplémentaire que les non-fumeurs. Avant quel âge vaut-il mieux arrêter la cigarette ?

Le tabagisme est la première cause de mortalité évitable en France, avec 75 000 décès annuels en France consécutifs à l'inhalation des 400 substances toxiques que contient une seule cigarette. Mais les campagnes de prévention sur les risques du tabac fonctionnement, selon Santé publique France : le nombre de fumeurs par jour est passé de 29 % en 2016 à 25,5 % en 2020, avec 30 % qui ont déjà essayé d'arrêter cette année-là.

Y a-t-il un bon moment pour arrêter de fumer sans souffrir des conséquences de cette addiction toute sa vie ? Un groupe international de recherche a calculé le risque relatif de mourir, quelque ce soit la cause, en fonction de l'âge auquel s'effectue l'arrêt du tabac et ont défini un âge minimum où ce risque est égal à celui des non-fumeurs.

Une cigarette contient plus de 400 substances toxiques. © markgoddard, Getty Images
Une cigarette contient plus de 400 substances toxiques. © markgoddard, Getty Images

L'âge idéal pour arrêter le tabac

Plus un fumeur arrête de fumer tôt, plus il protège sa santé. En effet, les scientifiques ont calculé qu'une personne qui a arrêté de fumer avant 35 ans n'a pas plus de risque relatif de mourir qu'un non-fumeur (un risque de 1,03 contre 1 pour les non-fumeurs qui servent de référence). En revanche, si cette décision est repoussée entre 35 et 45 ans, le risque relatif de mortalité de toute cause augmente de 21 %, de 47 % pour les personnes arrêtant de fumer entre 45 et 54 ans et de 74 % pour celles qui arrêtent entre 55 et 64 ans.

Ces calculs sont basés sur les données de 500 000 personnes collectées entre 1998 et 2018 sur des hommes et des femmes d'origines ethniques diverses, âgés entre 18 et 84 ans au début de la collecte. À l'issue de ces 20 années, 75 000 d'entre eux sont décédés, fumeurs ou non. Mais les chiffres montrent que les fumeurs avaient plus de risque de mourir, quelle que soit la cause, que les non-fumeurs ; ils étaient aussi plus exposés à des maladies intimement liées à leur consommation de tabac comme le cancer, les maladies cardiaques et pulmonaires.

Si arrêter le tabac avant (...)

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

VIDÉO - Pr David Khayat (oncologue ) : "Plus de 65% d’entre eux continuent de fumer jusqu’à leur mort"