« Lâchée » par ses alliés, Audrey Pulvar pourrait jeter l’éponge

·1 min de lecture

C’est une polémique dont la candidate aux élections régionales en Ile-de-France se serait bien passée. D’après les informations publiées dans un article du journal Le Monde, ses soutiens politiques et notamment le Parti socialiste ainsi que l’opposition, lui reprochent ses propos, tenus samedi 27 mars sur BFMTV, qui légitimaient la tenue de “réunions réservées” aux personnes dites « racisées », invitant les « blancs » à y participer sous réserve que ces derniers « écoutent et se taisent ». Un incident qui semble remettre en question sa candidature. Certains de ses proches pensent qu’elle pourrait abandonner, relate le quotidien. “Ça a montré que le PS ne sait pas faire avec des personnalités qui ne sont pas issues de ses rangs”, a indiqué un responsable de Place publique.

Depuis le début de cette affaire, les critiques sont vives à droite et à l’extrême droite. Marine Le Pen a notamment demandé une saisine de la justice l’accusant de “racisme” et déclarant que la candidate défend “l’apartheid.” Mais ce n’est pas tout, Audrey Pulvar fait également face aux reproches de ses propres soutiens politiques. Dimanche 28 mars, lors d’une réunion, plusieurs représentants du Parti socialiste ont critiqué son approche. “C’est un raté”, “une expression malheureuse” disaient certains, selon Le Monde. Même constat pour Jonathan Kienzlen, secrétaire fédéral du Val-de-Marne. “On a un riche programme. Il vaut mieux parler des sujets de la vie des Franciliens en portant nos propositions, comme la (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - "La blonde et ses trois noirs" : Sheila n'a pas oublié le racisme subi avec B-Devotion
Carla Bruni malmenée par Étienne Roda-Gil : les confidences de Julien Clerc
Manuel Valls fend l'armure : ce qu'il regrette vis-à-vis de ses enfants
VIDEO - Sheila émue par la vague de morts chez les Yéyés : "Je m'accroche"
Jalil Lespert veut scolariser ses enfants aux États Unis... si ses ex sont d'accord