Législatives en France: quel Premier ministre pour le Nouveau Front populaire?

Jordan Bardella, Premier ministre en cas de succès du Rassemblement national, Gabriel Attal qui resterait à son poste en cas de victoire miracle : les champions de plusieurs camps politiques pour occuper Matignon sont d'ores et déjà pressentis. Mais à gauche, on hésite. Ce n'est pourtant pas faute de candidats mais plutôt d'équilibre politique, de mode de désignation et de timing.

Ils sont nombreux, comme Jean-Luc Mélenchon, à se sentir capables d'être Premier ministre en cas de victoire du Nouveau Front populaire (NFP) le 7 juillet. La liste est longue : François Ruffin, Clémentine Autain pour les insoumis, Valérie Rabault, Boris Vallaud, Carole Delga, Nicolas Mayer-Rossignol pour les socialistes, Fabien Roussel pour les communistes. Mais aucun ne fait l'unanimité. C'est même plutôt par soustraction que l'équation est pensée.

Pour les écologistes, socialistes, communistes et insoumis en rupture de ban, il n'est pas question de soutenir Jean-Luc Mélenchon, trop clivant et diviseur pour maintenir la cohésion d’un éventuel gouvernement et surtout trop craint par ses partenaires. Est-ce suffisant pour le faire renoncer ? « Si vous pensez que je ne dois pas être Premier ministre, je ne le serai pas », a déclaré le leader Insoumis dimanche dernier sur France 3.

Attendre pour mieux choisir ?


Lire la suite sur RFI