Un kyste ovarien, c'est grave ou pas ?

Aurélia Dubuc
Un kyste ovarien, c'est grave ou pas ?

Motif relativement fréquent de consultation chez le gynéco, la découverte d'un kyste n'est, fort heureusement, plus synonyme d'ablation de l'ovaire. Le traitement d'un kyste ovarien se décide désormais au cas par cas. Le point avec le Dr Jacques Faidherbe, gynécologue au CHU de Montpellier.

Des douleurs chroniques dans le bas-ventre ou qui se réveillent à l’occasion des rapports sexuels ? Une sensation de pesanteur, de tiraillement ? Des saignements en dehors des règles ? Tous ces signes peuvent indiquer la présence d’un kyste sur un ovaire. Mais il arrive que ce dernier reste totalement asymptomatique et soit découvert par hasard, à l’occasion d’une échographie prescrite dans le cadre d’une grossesse ou de problèmes de fertilité.Dans tous les cas, un examen gynécologique et l’imagerie permettront au médecin de confirmer la présence d’un kyste et surtout d’en savoir plus sur sa nature. Les plus fréquents, les kystes dits fonctionnels, ne nécessitent en effet pas la même prise en charge que les kystes dits organiques. Bénins, les premiers ne sont ni plus ni moins que ce qui subsiste du follicule qui, normalement, se résorbe de lui-même après avoir libéré un ovocyte au milieu du cycle menstruel.

Les kystes fonctionnels sont très fréquents en périodes postpubertaires et préménopausiques, sous l’effet des chamboulements hormonaux. Ils sont aussi favorisés par les stimulations ovariennes lors des traitements contre la stérilité. Quand ils mesurent moins de 40 mm et que l’échographie ne montre aucun signe pouvant faire soupçonner une éventuelle tumeur, les médecins prescrivent une pilule œstroprogestative ou de la progestérone seule pendant trois mois. Passé ce laps de temps, une nouvelle échographie montre le plus souvent que cette mise au repos de l’ovaire a suffi et que le kyste s’est résorbé de lui-même.

Si ce n’est pas le cas, ou si le kyste mesure plus de 40 mm, ce qui pourrait exposer la patiente à des complications (hémorragie, (...) Lire la suite sur TopSante.com

Parabènes : on en trouve aussi dans les médicaments
Diabète: rappel d'un lot de bandelettes pour lecteur de glycémie
Cancer de la peau: une application pour connaître les indices UV
Nouvelle tendance : un tatouage éphémère pour les lèvres
L'alimentation des bébés a un impact sur leur santé
Médicaments : les vignettes bleues moins remboursées !