Le Kremlin-Bicêtre : le maire demande à Ibrahima Traoré de rendre sa permanence de conseiller départemental

E.V.
Ibrahima Traoré est conseiller départemental Front de gauche

La vice-présidente du conseil et le conseiller départemental communiste lui demandent en retour un nouveau lieu au plus vite.


Le dernier conseil municipal avant les vacances vendredi dernier n’a pas signé la fin des violentes querelles politiques au Kremlin-Bicêtre qui semblent s’étendre aux conseillers départementaux. Dans un courrier daté du 27 juin et signé par le maire (ex-MRC), Jean-Marc Nicolle, Ibrahima Traoré, conseiller départemental, mais aussi élu (FG) de l’opposition au conseil de la ville, est sommé de « libérer le local qu’il occupe place Jean-Jaurès au plus tard le 31 août 2018 ». Celui-ci avait été mis à sa disposition « gracieusement par l’office Kremlin Bicêtre Habitat depuis son élection comme conseiller départemental ». Et ce pour pouvoir relouer les lieux au plus vite. Dans une réponse lapidaire, datée de jeudi dernier, Ibrahima Traoré, mais aussi Fatiha Aggoune, vice-présidente (PCF) du conseil départemental tirent à boulets rouges sur le maire et s’étonnent que le dossier soit suivi par le directeur général des services et non la directrice de l’office Kremlin Bicêtre Habitat, dénonçant une « confusion ». Ces derniers demandent en échange un autre espace d’ici le 1er septembre pour pouvoir y établir leur permanence. Et les deux élus d’écrire, non sans ironie : « Nous nous refusons de voir là un quelconque lien avec la grave crise institutionnelle et politique que traverse la commune. Nous ne pouvons croire que vous ayez recours à de telles méthodes ».







Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Choisy : 100 ans après la Grande Guerre, des jeunes européens unis par la paix… et le graffiti
Val-de-Marne : les chauffards du quotidien dans le collimateur de la police
Villeneuve-Saint-Georges : les bachelières mobilisées pour nettoyer les berges
Pacte de Cahors : Ivry attaque l’Etat au tribunal administratif
Créteil : les hospitaliers du groupe Mondor se battent pour leur centre de loisirs