Koursk, San Juan… les plus graves accidents de sous-marins

·1 min de lecture

Quels ont été les plus graves accidents de sous-marins dans le monde, depuis les années 60 ? Le 12 août 2000, le Koursk, fleuron de la flotte russe, coule lors de manœuvres en mer de Barents (nord-ouest de la Russie) après l'explosion d'une torpille à bord de ce sous-marin à propulsion nucléaire. Une opération de sauvetage internationale ne débutera que huit jours plus tard, retardée en grande partie par les réticences de Moscou à accepter l'aide occidentale. Lorsque, le 21, les plongeurs norvégiens parviennent enfin à ouvrir le sas, il est trop tard pour sauver les 23 marins qui avaient survécu à l'explosion. Les 118 membres d'équipage ont tous péri.

Le 2 mai 2003, l'agence officielle Chine Nouvelle annonce qu'un sous-marin de classe Ming qui participait à un exercice près des îles de Neichangshan (Est), a été victime d'un dysfonctionnement mécanique qui a provoqué la mort des 70 membres d'équipage. Peu de détails ont filtré mais, selon des analystes, il s'agirait de l'accident de submersible le plus grave du pays depuis la création de la République populaire de Chine en 1949.

>> A lire aussi - Les sous-marins chinois bientôt équipés de missiles nucléaires capables de toucher les côtes américaines

Porté disparu le 15 novembre 2017 alors qu'il naviguait vers son port d'attache de Mar del Plata (Argentine), le San Juan a été localisé après plus d'un an de recherches à 900 mètres de profondeur et 400 km des côtes de Patagonie. Selon la marine, le navire a implosé en raison de défaillances (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bonne nouvelle face au Covid-19 : nos anticorps sont capables de tuer le virus
Marseille craint un trop fort afflux de touristes cet été, veut moins de promotion !
Covid-19, économie, Bélarus… les annonces de Vladimir Poutine sur la Russie
L’Australie rompt un contrat avec la Chine sur la Route de la Soie, "incompatible” avec sa politique étrangère
Turquie : Erdogan dénonce les "mensonges" et la "trahison" de l’opposition sur les réserves de la banque centrale