Le Kosovo ouvre officiellement son ambassade à Jérusalem, sous les critiques de l’UE

·1 min de lecture

À neuf jours des élections législatives en Israël, c’est une victoire pour Benyamin Netanyahu : le Kosovo a ouvert officiellement dimanche 14 mars une ambassade à Jérusalem, reconnaissant ainsi la ville sainte comme capitale de l’État hébreu. Alors que le Premier ministre israélien se frotte les mains, l'événement est critiqué dans le monde arabe et en Europe.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

« Un moment de fierté et historique dans les relations entre nos deux pays », a tweeté la nouvelle ambassadrice de Pristina à Jérusalem, Ines Demiri. Du donnant donnant : Israël reconnaît l’indépendance de ce jeune État, et en échange, le Kosovo devient le premier pays à majorité musulmane à reconnaître de fait Jérusalem en tant que capitale israélienne.

La cérémonie a été brève, officiellement en raison de la crise du coronavirus. Le drapeau du Kosovo a été hissé devant le bâtiment de l’ambassade dans la partie occidentale de la ville, et une plaque discrète a été apposée à l’entrée : on y lit « République du Kosovo » en albanais, anglais et hébreu.

Cette normalisation est un des tout derniers fruits de la diplomatie de l’administration Trump. Mais la décision kosovare d’établir son ambassade à Jérusalem n’est pas passée sans critiques, notamment de la Turquie, qui dénonce une violation du droit international, mais aussi au sein de l’Union européenne.

Malgré de nombreuses promesses à l’heure actuelle, seuls les États-Unis et le Guatemala ont transféré leur ambassade à Jérusalem. La semaine dernière, la République Tchèque s’est contentée d’ouvrir un bureau diplomatique dans cette ville.

À écouter aussi : Israël replonge dans la crise politique après la dissolution de la Knesset