Kong, Skull Island (TF1) - Jordan Vogt-Roberts : "J’ai essayé de faire du jamais-vu"

·1 min de lecture

King Kong au sommet

Depuis l’original de 1933, le singe n’a cessé de grandir. Si le premier Kong avoisinait les 15 mètres, ici, il culmine à plus de 30 ! Il est presque aussi grand que la statue de la Liberté, des pieds à la tête. "J’ai considéré Kong non pas comme un monstre, mais comme un dieu. La première réaction de ceux qui le rencontrent est la sidération. Ils oscillent entre l’admiration et l’envie de se faire pipi dessus ", confie le réalisateur Jordan Vogt-Roberts.

L’homme derrière le primate

Terry Notary, très remarqué pour son saisissant numéro d’homme-singe dans The Square, Palme d’or 2017, prête son corps d’ancien gymnaste à ce Kong numérique. Formé au théâtre, puis au Cirque du Soleil, il est, avec Andy Serkis (César de La Planète des singes), un spécialiste de la motion capture. C’est lui qui a formé les comédiens d’Avatar, film pionnier en la matière, ceux de X-Men 2 (2003) et de L’Incroyable Hulk (2008).

Même pas peur !

Après Fay Wray, Jessica Lange et Naomi Watts, dans le rôle de la "fiancée" de Kong, Brie Larson (Room) n’est plus une victime que l’on offre au grand singe en colère. Mais une photographe de guerre au caractère bien trempé qui fait ami-ami avec supergorille. Et l’actrice a confié : " King Kong est l’un des héros de mon enfance."

À lire également Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles