Kobe Bryant "était aussi un violeur" : Evan Rachel Wood crée la polémique sur Twitter après la mort du basketteur

C'est une nouvelle qui a choqué le monde du sport et le monde tout court. Ce dimanche 26 janvier, Kobe Bryant, légende des Lakers de Los Angeles, a perdu la vie dans un accident d'hélicoptère. Il était accompagné de sa fille, Gianna, qui avait célébré son treizième anniversaire en mai 2019. Kobe Bryant avait 41 ans. Sur la Toile, les internautes ont été nombreux à rendre hommage au sportif, à sa fille, mais aussi aux sept autres personnes mortes dans le crash, parmi lesquelles figurait une autre famille. Mais si l'émotion était à son comble, elle a rapidement été interrompue par une vague d'indignation. Sur Twitter, Evan Rachel Wood a dévoilé une publication à charge, toujours ce dimanche 26 janvier.

"Ce qui est arrivé est tragique. J'ai le cœur brisé pour la famille de Kobe", a amorcé la star de la série Westworld. Et de poursuivre, fermement : "Il était un héros du sport. Il était aussi un violeur. Et toutes ces vérités peuvent exister ensemble". Des propos qui ont été majoritairement déplorés par les Twittos. La comédienne américaine Kyla Pratt est notamment montée au créneau. "On s'est rencontrées enfants et j'ai grandi dans la même industrie que toi (...) Mais ce Tweet ? Comment oses-tu ?", peut-on ainsi lire. Plusieurs anonymes ont répondu avec une photo de l'actrice, très engagée pour la cause féministe, prenant la pose avec Woody Allen. Un réalisateur qui a été accusé de viol. "Les accusations ne font pas figure de preuves", "vous allez transformer le mouvement #MeToo

Retrouvez cet article sur GALA

Pierre Ménès victime d’un étrange cambriolage
L'ancien journaliste Pascal Humeau facture son coaching 51.000 euros à Jordan Bardella, qui tente de se faire rembourser
Le retour de Koh-Lanta se fait attendre : ce défi lancé par Denis Brogniart pour faire patienter les fans
Delphine Boël enfin reconnue fille d'Albert II de Belgique : un combat mené aussi pour l'honneur de ses enfants
Kate Middleton et William : pourquoi ils ont déjà expliqué l’Holocauste à leurs enfants George et Charlotte