"Kiss my grits" : le songwriter Mathis Haug entre roadtrip américain et confinement européen

Jean-François Convert
·1 min de lecture

Mathis Haug symbolise bien le côté cosmopolite de la musique : d’origine allemande, il habite au Pont du Gard et joue une musique des grands espaces américains. Nous l’avions découvert il y a quatre ans avec son album Wild country. Un vrai coup de cœur. Et justement, cette Amérique qui l’inspire musicalement, il l’a visitée à nouveau récemment. C’était juste avant le premier confinement. Un road-trip de la côte est, de New York aux Blue Ridge Mountains, de Nashville à Lexington, Virginie.

Un voyage dédié à l’écriture, dans la voiture, les dinners et motels. La route toujours.

Mathis Haug

Mais ce voyage marque aussi sa découverte de la face cachée du rêve américain. Des personnes dans la misère, en grand nombre. Des taudis sur le bord des routes. Des SDF un peu partout, en Virgine, en Caroline du Nord... Presque un siècle après, l’Amérique peinte par Steinbeck dans Les raisins de la colère semble encore bien présente.

En Amérique, il n'y a personne pour te rattraper

Mathis Haug

Et le roman de Steinbeck avait d’ailleurs été à l’origine d’un projet avec Jean-Jacques Milteau. L’harmoniciste star français devait composer avec Mathis Haug la musique d’une pièce de théâtre inspirée des Raisins de la colère. Mises de côté après la suspension du projet, les chansons ressortent et font écho aux pérégrinations outre-altantique. Le songwriter rentre en France et se retrouve…confiné. Comment passer des grands espaces à l’exigu ? Du road trip à la sédentarité ?

Confinement et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi