"Le kioske à journaux" : "Les oiseaux chantaient plus forts, parce qu'ils étaient moins stressés", assure le rédacteur en chef du Progrès

Les Français retrouvent la liberté d'aller dans les forêts, ce qui veut dire que la pause est terminée pour la nature, qui avait pu vivre un répit durant le confinement. "Ce weekend, nous prenons l'air", confirme Xavier Antoyé, rédacteur en chef du journal Le Progrès. "Mais ça veut dire aussi la fin des grandes vacances pour la faune sauvage. Nous entrons dans quelques mois d'une cohabitation un peu particulière", relève-t-il. "Les experts nous expliquent comment vivre cette période particulière avec la faune sauvage", explique le journaliste.Un impact du virus sur des candidats des municipales Ainsi, dans le journal régional, on apprend pourquoi on a plus entendu les oiseaux durant ce printemps. "Les oiseaux chantaient plus forts, parce qu'ils étaient moins stressés par le bruit urbain", révèle Xavier Antoyé. Le Progrès reviendra également sur l'impact du virus sur le premier tour des élections municipales. "Nous avons pu constater que plusieurs listes avaient été victimes de contaminations", assure le rédacteur en chef.