«A Kingston, le yard est l’antichambre de la création»

Libération.fr

Enregistrer dans les arrière-cours les sessions acoustiques des musiciens jamaïcains, pour une connexion spirituelle directe avec la nature ? C’est le pari réussi de la série «Inna de Yard», initiée par Romain Germa, directeur artistique du label Chapter Two.

Les maquettes, chacun sait dans le métier que beaucoup mériteraient d’être publiées à la place des disques officiels, qui peuvent parfois par trop lisser les aspérités. C’est sur la foi de cette idée qu’a été initiée la série «Inna de Yard», en 2004 sur le label Makasound, et désormais sur Chapter Two. Un projet qui mêle les générations de chanteurs jamaïcains, tous réunis dans le yard, l’arrière-cour où se retrouvent les musiciens. L’occasion de revenir avec Romain Germa, directeur artistique de Chapter Two et initiateur du projet, sur l’importance symbolique, mais aussi bien réelle, de ce lieu dans l’histoire de l’île, maintes fois évoqué dans la thématique reggae, à l’occasion de l’exposition qui se tient à la Philharmonie de Paris (lire ci-contre).

Comment est né ce projet, «Inna de Yard», voici une quinzaine d’années ?

Tout est parti d’une envie que Nicolas Maslowski et moi avions : produire à bas coûts des artistes en acoustique. A chaque fois que les artistes jouaient devant nous - à l’occasion notamment d’interviews - au format guitare-voix, c’était juste terrible. Comme lors de notre rencontre avec Winston McAnuff, dont on connaissait les vinyles mais qui avait disparu des radars : en l’écoutant, ce format sonnait comme une évidence. C’est d’ailleurs lui qui nous a indiqué le guitariste Earl «Chinna» Smith, qui figure sur des centaines de sessions, pour réaliser ce type d’enregistrement. Nous nous sommes retrouvés chez ce dernier, au centre de Kingston, un petit jardin qui est un lieu de passage pour tous les musiciens. Il a été emballé par l’idée et le premier disque (Earl «Chinna» Smith & Idrens) a été enregistré en août 2004. Une session improvisée. Tout comme celle avec un autre chanteur, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La Jamaïque en version auberge espagnole
Kendrick Lamar, après lui le déluge
Seine Musicale, le ton est donné
Festival.
Jean-Philippe Viret, dans la veine de Couperin

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages