Kingsman : le cercle d’or (TF1) Julianne Moore : "Je me suis régalée avec ce personnage de méchante"

·1 min de lecture

En 2014, Kingsman : Services secrets racontait comment un jeune voyou, surnommé Eggsy (Taron Egerton), apprenait, en même temps que les bonnes manières, l’art d’être un nouveau James Bond. Son maître en la matière était Harry Hart (l’élégant Colin Firth), un gentleman espion, membre d’une confrérie d’agents secrets, héritière des chevaliers de la Table ronde… De nouveau aux commandes, Matthew Vaughn injecte à cette suite une triple dose de tout ce qui a fait le piment du premier volet : humour débridé, gadgets délirants, violence cartoonesque, chorégraphiée au millimètre, telle cette bagarre dans un vrai taxi londonien, en guise de mise en bouche. L’histoire ? La Maison-Blanche est détruite par un missile non identifié. Même punition pour l’agence Kingsman. Qui ? Pourquoi ? À Eggsy et Merlin (Mark Strong, toujours excellent), seuls survivants, de le découvrir en traversant l’Atlantique.

À lire également

Kingsman, services secrets (M6) : La préparation Colin Firth avec l’équipe... de Jackie Chan !

Costume chic contre Stetson

L’antagonisme entre la Grande-Bretagne et les États-Unis fournit au film l’une de ses meilleures idées : l’agence Statesman, une officine de renseignements cachée au fond d’une distillerie du Kentuc... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles