Kinda El-Khatib, résistante anti-Hezbollah

Par Luc de Barochez
·1 min de lecture
Kinda El-Khatib
Kinda El-Khatib

À 24 ans, elle incarne l'opposition de nombreux Libanais au Hezbollah, le parti islamiste chiite, vassal de l'Iran, qui tient le pays du Cèdre sous sa coupe. Pour la réduire au silence, Kinda El-Khatib a été incarcérée pendant 9 mois et condamnée par un tribunal militaire à trois ans d'emprisonnement pour une accusation de « collaboration avec Israël » qu'elle dit fabriquée de toutes pièces. Libérée sous caution, elle doit comparaître à nouveau le 8 avril pour son procès en appel. Pour la première fois depuis son arrestation, elle s'exprime publiquement dans le Point.

« Je milite contre les violations des droits de l'homme et les entraves à la liberté d'expression, contre les armes illégales, la violence et la corruption », raconte-t-elle par téléphone pour expliquer comment elle en est venue à se dresser contre le puissant « parti de Dieu » et ses alliés chrétiens, au premier rang desquels le président de la République, Michel Aoun.

Forte tête

Elle a participé aux grandes manifestations de 2019 et 2020 exigeant le départ d'une classe politique corrompue et incapable de sortir le Liban de la grave crise économique, humanitaire et institutionnelle qui le frappe. La gigantesque explosion de l'entrepôt numéro 12 du port de Beyrouth, le 8 août 2020, qui a fait plus de 200 morts a mis en relief, s'il en était encore besoin, le délabrement du pays. Huit mois après le drame, aucun gouvernement n'a encore été formé pour sortir le pays de la crise, malgré les admonest [...] Lire la suite