Les kimonos, miroirs de l’âme

Libération.fr

Avec l’exceptionnelle collection de la maison japonaise Matsuzakaya, fondée il y a quatre siècles à Nagoya, le musée Guimet permet de voir de près l’extrême sophistication technique d’un vêtement pensé selon des codes immuables.

Montre-moi ton kimono, je te dirai qui tu es… Symbole, en Occident, d’un certain négligé, voire d’érotisme, ce vêtement traditionnel signifie au Japon tout le contraire. Par la rigueur architecturale de sa forme en T (importée de Chine puis simplifiée), plus ou moins épaissie selon les saisons, du fin kimono d’été en lin aux superpositions (qui cependant laissent toujours la nuque à vue), forme immuable dont seules les manches s’allongeront avec le temps. Par sa fabrication ancestrale répondant à des savoir-faire stricts et à une production rationnelle (qui impose un module géométrique de base, le lé de tissu d’une largeur de 35 centimètres, jamais recoupé). Par le maintien et la gestuelle qu’il impose et la contrainte du corps dont les formes disparaissent. Par sa codification iconographique, enfin, qui indique l’époque de sa fabrication, et surtout le sens esthétique de son propriétaire.

Il aura fallu quatre ans au musée Guimet (et à la commissaire Aurélie Samuel) pour convaincre la maison Matsuzakaya de prêter ses trésors. L’occasion de découvrir une collection de pièces uniques, essentiellement féminines, qui sortent pour la première fois du Japon (avec une rotation imposée à partir du 4 avril pour préserver les tissus), maintenues dans un état de conservation stupéfiant - la plus ancienne pièce (et aussi la seule destinée à un homme) datant du XVIe siècle.

Audace. Centrée sur l’époque d’Edo (1603-1868), l’exposition raconte en creux une société. Celle d’un pays totalement fermé au monde extérieur, qui connaît une grande prospérité économique et où l’émergence d’une classe marchande aisée permet l’effervescence artistique. Le kimono qui habille la haute société montre cette alliance proprement japonaise entre rigueur et exubérance. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Gerald Petit, terreau tactile
Koudelka, la mémoire en puzzle
Cotés «Jardins»
Avec Timothy Archer la peinture est une fête
Coffret DVD/ Le revanche des cycles

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages