Kim Jong-un : la nouvelle et incroyable répression qu'il impose à son pays

·1 min de lecture

C'est une nouvelle plutôt inattendue qui arrive de l'autre côté de la planète. Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un, dont l'état de santé avait été annoncée comme inquiétant, a interdit le port des jeans skinny mais aussi des coupes mulet. C'est le quotidien Rodong Sinmun, le Journal des Travailleurs coréen, qui confirme cette information dans un article rédigé ce dimanche 16 mai : "L'histoire nous enseigne une leçon cruciale qu'un pays peut devenir vulnérable et finalement s'effondrer comme un mur, indépendamment de sa puissance économique et de défense si nous ne nous accrochons pas à notre propre style de vie", est-il écrit dans l'article. Le journal d'État averti également qu'il fallait en faire plus pour lutter contre "l'invasion d'un mode de vie capitaliste" venant de l'Occident, jugé comme "décadent".

Le journal averti également que la jeunesse qui habite en Corée du Nord est plus susceptible d'être influencée par le style de vie "exotique" du capitalisme. "Il faut se méfier du moindre signe du style de vie capitaliste et lutter pour s'en débarrasser", peut-on lire. En vertu de ces nouvelles lois mises en place par Kim Jong-un, les hommes et les femmes ne peuvent avoir qu'une seule des 15 coupes de cheveux alternatives autorisées en Corée du Nord.

Il n'y a pas que Kim Jong-un qui tient la Corée du Nord d'une main de fer. Sa petite sœur, Kim Yo-jong, s’est également imposée comme l’une des figures les plus puissantes du pays. L'état de santé du dictateur coréen (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Karine Ferri : sa jolie déclaration à un célèbre artiste "bourré de talent"
Flashback - Emmanuel et Brigitte Macron : ces trahisons auxquelles ils ne s'attendaient pas
The Voice - Vianney fait un fabuleux cadeau à sa candidate Mentissa Aziza... Les candidats en larmes
Le roi de Thaïlande gravement malade : les rumeurs persistent et s’intensifient
Meghan et Harry : le staff royal outré par leurs attaques "honteuses" demande leur disgrâce