Kim Jong Un, le dirigeant nord-coréen, agite la menace d'un recours "préventif" à l'arme nucléaire

Des images du leader nord-coréen Kim Jong Un diffusées sur un écran dans une gare de Séoul après un tir de missile balistique intercontinental (ICBM), le 24 mars 2022 en Corée du Sud - Anthony WALLACE © 2019 AFP
Des images du leader nord-coréen Kim Jong Un diffusées sur un écran dans une gare de Séoul après un tir de missile balistique intercontinental (ICBM), le 24 mars 2022 en Corée du Sud - Anthony WALLACE © 2019 AFP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a répété que Pyongyang pourrait avoir un recours "préventif" à l'arme nucléaire pour contrer des forces hostiles, ont rapporté ce samedi les médias officiels.

Pour "maintenir la supériorité absolue" des forces armées nord-coréennes, le pays doit être capable de "contenir et de contrecarrer à titre préventif toutes les tentatives dangereuses et les menaces... si nécessaire", a déclaré le leader à des officiers supérieurs, selon l'agence de presse officielle KCNA.

Pyongyang doit continuer à développer son arsenal afin de disposer d'une "force militaire écrasante qu'aucune puissance au monde ne peut provoquer", a affirmé Kim Jong Un. C'est la "bouée de sauvetage garantissant la sécurité de notre pays", selon lui.

Une dizaine de tirs d'essai depuis le début de l'année

Lors d'un imposant défilé militaire le 25 avril, Kim Jong Un avait affirmé qu'il pourrait avoir recours à l'arsenal nucléaire si les "intérêts fondamentaux" de la Corée du Nord étaient menacés.

Il a réitéré ces propos à l'occasion d'une rencontre avec des hauts gradés dont il tenait à saluer le travail effectué lors de la parade militaire du 25 avril, organisée dans le cadre du 90e anniversaire de l'Armée populaire révolutionnaire de Corée. À cette occasion, les plus puissants missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) ont été présentés.

876450610001_6305177141001

En dépit de sévères sanctions internationales, la Corée du Nord poursuit la modernisation de son armée. Depuis le début de l'année, Pyongyuang a procédé à plus d'une dizaine de tirs d'essai et a notamment lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) à longue portée, pour la première fois depuis 2017.

Le pays continue d'ignorer les propositions de reprise des négociations faites par Washington.

La Corée du Sud menace d'adopter une ligne plus dure

Les propos du dirigeant nord-coréen pourraient s'adresser au nouveau président élu de Corée du Sud, le conservateur Yoon Suk-yeol, qui prendra ses fonctions le 10 mai, selon des analystes.

Yoon Suk-yeol a promis d'adopter une ligne plus dure face aux provocations du Nord. Les analystes estiment que les mises en garde de Kim Jong Un montrent qu'il n'est pas ouvert au dialogue avec le nouveau gouvernement de Séoul.

"Les remarques de M. Kim témoignent qu'il ne souhaite pas dialoguer avec la nouvelle administration de M. Yoon ou relancer les pourparlers de dénucléarisation avec les États-Unis", a déclaré Leif-Eric Easley, professeur d'études internationales à l'université Ewha de Séoul.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles