Kim Glow fait de nouvelles déclarations délirantes sur le vaccin et s'en prend au gouvernement

·1 min de lecture

En règle générale, les candidats de télé-réalité ne s'aventurent pas sur d'autres terrains que leur domaine de prédilection. Mais Kim Glow n’en a que faire. Sur Instagram, celle qui fédère un million d’abonnés s’est souvent retrouvée au coeur de vives polémiques. Au printemps dernier, alors que l’Hexagone se confinait pour la première fois, l'ex-candidate des Marseillais se retrouvait coincée en Tunisie. Et c’est évidemment sur Snapchat que la jeune femme lançait un appel de détresse destiné à Emmanuel Macron, suppliant le président de la République à la sortir de cette « dictature ».

De retour en France, elle avait été la cible de nombreuses critiques. Une première pièce dans la machine. Plus tard, Kim Glow décidait de s’attaquer au coronavirus, comparant la situation aux camps de concentration. Rien que ça. Quant au vaccin, là encore, la jolie brune a voulu faire entendre sa voix.« Je vous jure que c’est vrai, renseignez-vous, on n'aura plus de liberté, on va tous être “pucés”, mais pas une puce de chien ou chat qu’on peut retirer… Non. Des nanoparticules ce sera. », déclarait-elle en novembre dernier, très sûre d’elle.

Cette semaine, Kim Glow a récidivé à grand renfort de filtres Instagram. « Il y a déjà des malaises, des paralysies suite aux vaccins. Ça commence... », a lancé la jeune femme au sujet des personnes déjà vaccinées. Et de poursuivre, en taclant le gouvernement : « Mais le plus magnifique ça restera quand même le : ‘Pas d’obligation de vaccin, mais sans le vaccin (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Tomy, le pêcheur sexy de Saint-Jacques, approché par une ministre : ce rendez-vous inattendu
PHOTO Jennifer Lopez se dévoile en maillot, elle est à tomber !
Julie Zenatti violemment insultée sur Twitter : sa réponse cinglante à un internaute
"De quoi vous vous plaignez ?" : la terrible phrase d'Evelyne Pisier à ses enfants avant sa mort
Jamiroquaï : un sosie du chanteur, partisan de Donald Trump, fait polémique