Dans "Killshot", un morceau inédit, Eminem s'en prend violemment au rappeur Machine Gun Kelly

La rédaction du HuffPost
Dans

MUSIQUE - "Je veux le détruire, mais je ne veux surtout pas faire parler de lui." Alors qu'il vient tout juste de surprendre la planète avec un dixième album studio, "Kamikaze", sorti sans aucune promotion a priori, Eminem est décidément partout en ce mois de septembre 2018.

Et l'une des raisons à cela est un affrontement avec un rappeur d'une toute autre génération, Machine Gun Kelly (ou MGK). Depuis quelques temps, ce dernier a pris l'habitude d'évoquer régulièrement Hailie, la fille de Marshall Mathers -le vrai nom d'Eminem-, et multiplie les sorties à son égard. Pire encore, il a récemment publié un morceau intitulé "Rap Devil" en référence au "Rap God" d'Eminem dans lequel il incite son aîné à poser son stylo et à prendre sa retraite.

Et s'il avait d'abord choisi d'ignorer les piques de MGK, l'interprète de "Lose Yourself" a fini par ne plus réussir à se contenir. Dans une interview accordée au journaliste référence Sway Calloway, Eminem fulmine et raconte s'être longtemps retenu de répondre, ne voulant pas tomber dans la spirale des clashes par réseau social interposé. "Et maintenant je suis dans ce putain de truc chelou parce qu'il a fallu que je réponde à ce fils de pute..."

Mise à mort

Dans l'entretien, réalisé il y a quelques jours, Eminem sous-entendait que sa rage pourrait éventuellement prendre une autre forme. "Et maintenant, c'est un putain d'ennemi. Mais arrêtons d'en parler... Je ne sais pas encore exactement ce que je vais faire à partir de maintenant." Et bien Marshall Mathers a visiblement trouvé la réponse, puisqu'il a sorti son "diss track" (comprendre morceau de clash): "Killshot".

Et c'est peu dire que MGK en prend pour son grade. Tout au long du morceau, Eminem débite avec sa verve légendaires des insultes et des attaques rythmées, précises, techniques, incisives. Jouant avec fierté sur son âge, son succès quand il avait 29 ans comme MGK aujourd'hui ou encore sur le fait que ce dernier soit obligé de parler de la fille d'un autre...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post