Kigali présente deux leaders de groupes armés qui auraient été transférés de RDC

Le Bureau d’investigation rwandais a présenté vendredi 17 janvier deux hommes à la presse identifiés par les autorités comme étant des leaders d’organisations considérées comme terroristes par Kigali et opérant dans l’est de la RDC.

Selon les autorités, Herman Nsengimana est le porte-parole du FLN, branche armée du MRCD, mouvement d’opposition en exil comprenant l’ancien Premier ministre Faustin Twagiramungu et considéré comme terroriste par Kigali. Herman Nsengimana aurait succédé à Callixte Nsabimana, ancien porte-parole des FLN, aujourd’hui aux mains de la justice rwandaise.

Le deuxième homme présenté vendredi par le Bureau d’investigation rwandais est identifié comme étant Theobald Mutarambirwa, ancien secrétaire général du parti d’opposition non reconnu PS-Imberakuri. Selon l’actuel président du parti, Bernard Ntaganda, il aurait quitté ses fonctions en 2010 et aurait été ensuite contraint à l’exil.

Aujourd’hui, les deux prévenus sont soupçonnés de terrorisme par le Bureau d’investigation rwandais, qui assure que des enquêtes sont en cours et qu’ils seront transférés à la justice.

Selon les autorités, ils ont étés arrêtés par l’armée congolaise lors de récentes opérations contre les groupes armés dans l’est du Congo. Ils auraient été identifiés parmi les quelque 300 combattants rwandais transférés le mois dernier au Rwanda par l’armée congolaise.

Après avoir été rapatriés au Rwanda, les deux prévenus ont été pris en charge dans le centre de démobilisation de Mutobo, au nord-ouest du pays, puis transférés cette semaine à Kigali.