Kiev soupçonne la Croix-Rouge d'être «complice» de «déportations» de réfugiés vers la Russie

·1 min de lecture
© FABRICE COFFRINI / AFP

Une responsable ukrainienne a reproché mercredi au Comité international de la Croix-Rouge de ne pas coopérer avec son pays sur le sort de réfugiés ukrainiens en Russie, le soupçonnant d'être "complice" de "déportations", des accusations vivement rejetées par le CICR. "Le CICR ne remplit pas son mandat" concernant les personnes évacuées, selon elle de force vers la Russie par l'armée russe, a lancé Lioudmyla Denissova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien à la télévision ukrainienne.

120 lettres sans réponse

"Je les soupçonne d'être complices" de la Russie, a-t-elle poursuivi, après s'être entretenue mercredi avec un responsable de la branche ukrainienne du CICR. "Cela fait un mois que j'essaie de voir le président du CICR pour discuter avec lui de la déportation de nos citoyens vers la Russie. J'essaie de le faire après que le président du CICR a dit que le CICR allait ouvrir une représentation à Rostov-sur-le Don (sud de la Russie à la frontière avec l'Ukraine, ndlr) et encourager l'accueil des Ukrainiens sur le territoire de l'Etat-agresseur", a déclaré Lioudmyla Denissova.

"Aujourd'hui j'ai rencontré le représentant de la branche ukrainienne de la Croix-Rouge à qui j'ai écrit 120 lettres au sujet de la recherche de nos citoyens. Je n'ai reçu aucune réponse", a-t-elle dit mercredi. Elle a cité les chiffres de l'ONU, selon lesquels 550.000 réfugiés ukrainiens se trouvent en Russie dont 121.000 enfants. "Où se trouvent-ils? Dans des camps de filtration? D...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles