Kiev somme Téhéran d'arrêter de fournir des armes à Moscou

Pour économiser ses couteux missiles, la Russie utilise des Shahed-136, des drones low cost équipé d'un moteur chinois - Ministère iranien de la Défense
Pour économiser ses couteux missiles, la Russie utilise des Shahed-136, des drones low cost équipé d'un moteur chinois - Ministère iranien de la Défense

Mise en garde du régime ukrainien. Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a demandé vendredi à son homologue iranien d'arrêter "immédiatement" de fournir des armes à Moscou, lors du premier appel téléphonique entre les deux dirigeants depuis que Kiev a accusé la Russie de frapper des villes ukrainiennes à l'aide de drones iraniens.

"Aujourd'hui, j'ai reçu un appel du ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, au cours duquel j'ai demandé à l'Iran de cesser immédiatement l'envoi d'armes vers la Russie (qui sont ensuite) utilisées pour tuer des civils et détruire des infrastructures essentielles en Ukraine", a-t-il indiqué sur Twitter.

Moscou nie, Téhéran aussi

Plus tôt ce mois-ci, Moscou et Téhéran ont fermement démenti mercredi à l'ONU toute fourniture par Téhéran de drones armés à Moscou dans sa guerre en Ukraine, tandis que l'Union européenne a promis de prochaines sanctions contre la République islamique.

Cette semaine, le président ukrainie Volodymyr Zelensky a affirmé de son côté la Russie avait commandé "environ 2000 drones" iraniens pour appuyer sa campagne de bombardements en Ukraine

Ces dernières semaines, plusieurs attaques aux drones kamikazes ont été rapportées sur le territoire ukrainien, en particulier à Odessa et dans la région de Kiev, où plusieurs victimes sont à déplorer.

Article original publié sur BFMTV.com