A Kiev, derniers hommages au Ministre de l'Intérieur décédé

A Kiyv, samedi matin, Volodymyr Zelensky, son épouse, Olena Zelenska, ainsi que de nombreux dirigeants ukrainiens ont rendu un dernier hommage au ministre de l’intérieur Denys Monastyrsky, tué mercredi avec treize autres personnes dans un crash d’hélicoptère. Les causes de l’accident sont encore floues ; les autorités ukrainiennes ont ouvert une enquête.

Le président ukrainien et sa femme, vêtus de noir, ont apporté des fleurs. A l’intérieur du bâtiment où avait lieu la cérémonie, situé tout proche de la place de l’Indépendance (Maïdan), sept cercueils ont été portés par des hommes en tenue militaire. Sur chaque cercueil étaient disposés le drapeau ukrainien ainsi que les portraits des victimes, en noir et blanc. Dans l’assistance, des membres des familles des victimes se tenaient côte à côte.

Denys Monastyrsky est le plus haut responsable ukrainien à avoir trouvé la mort depuis le début de l’invasion russe, le 24 février 2022. Son décès brutal a provoqué une vague d’émotion dans le pays et à l’étranger. Salué comme un dirigeant "honnête", "humain" et "patriote", il incarnait la nouvelle génération de responsables ukrainiens – loin de l’héritage postsoviétique corrompu – arrivés au pouvoir après la révolution pro-européenne de Maïdan, et notamment après l’élection de Volodymyr Zelensky, en 2019.

pourraient pourtant faire une différence crucial sur le front. Kyiv exhorte ses partenaires à "réfléchir plus vite" car "l'indécision tue".

A Bakhmut aussi, les troupes ukrainiennes attendent avec impatience les nouvelles livraisons d'armes occidentales. Sur place, un des soldats commente: "c'est une grande motivation pour l'infanterie lorsque les chars sont proches, leur moral est très élevé, ils ressentent moins de peur. Avec les Léopards et les Challengers, des chars plus modernes, nous serions imparables dans notre assaut."

Plus tôt dans la journée, le commandement militaire russe a annoncé l'avancée de plusieurs troupes sur les fronts du Donbass et de Zaporijia.

Ces entraînements ont été organisés pour "repousser les attaques aériennes contre d’importantes infrastructures militaires, industrielles et administratives", écrit le ministère de la défense russe dans un communiqué. La même source précise que "plus de 150 soldats" ont participé à ces exercices et se sont formés à l’utilisation de "missiles antiaériens S-300". Le ministère n’a pas précisé quand ces exercices avaient eu lieu.