Kheira Hamraoui revient avec émotion sur « 10 mois de calvaire »

PARIS, FRANCE - MARCH 30: Kheira Hamraoui of Paris Saint-Germain in action during the UEFA Women's Champions League Quarter Final Second Leg match between Paris Saint-Germain and Bayern München at Parc des Princes on March 30, 2022 in Paris, France. (Photo by Antonio Borga/Eurasia Sport Images/Getty Images)
Eurasia Sport Images / Getty Images PARIS, FRANCE - MARCH 30: Kheira Hamraoui of Paris Saint-Germain in action during the UEFA Women's Champions League Quarter Final Second Leg match between Paris Saint-Germain and Bayern München at Parc des Princes on March 30, 2022 in Paris, France. (Photo by Antonio Borga/Eurasia Sport Images/Getty Images)

Eurasia Sport Images / Getty Images

Kheira Hamraoui revient avec émotion sur « 10 mois de calvaire » (Photo de Kheira Hamraoui)

JUSTICE - Kheira Hamraoui dit sa douleur. Agressée par des hommes cagoulés en novembre 2021, la footballeuse a estimé ce vendredi 23 septembre sur BFMTV avoir été « victime deux fois », dénonçant une « cabale médiatique » et la « double peine » que le Paris SG lui a fait subir en l’écartant des terrains.

« La campagne de dénigrement est tout aussi puissante (que l’agression), je la mets au même niveau », a estimé l’internationale française de 32 ans, joueuse du PSG. « Je suis un peu sonnée par tout ce qui se passe autour de cette affaire qui m’anéantit », a-t-elle ajouté.

« J’ai mal aujourd’hui quand je parle, c’est normal. Tout ce que j’ai eu, tout au long de ma carrière, je me suis battue pour l’avoir. Voir du jour au lendemain que tout s’écroule, ça fait mal… » , a confié la joueuse les larmes aux yeux. « Je veux rejouer au foot, que tout redevienne comme avant même si je sais que plus rien ne redeviendra comme avant… », a-t-elle ajouté.

L’internationale française a notamment expliqué qu’elle a pu traverser ces épreuves grâce à ses proches. « J’ai eu de la chance d’avoir toute ma famille et tous mes proches auprès de moi. Je sais qu’il y a des gens qui ne sont pas accompagnés et qui auraient pu avoir des idées sombres. J’ai eu de la chance d’avoir tenu tout au long de ces dix mois de calvaire. »

« Une cabale médiatique »

Agressée le 4 novembre 2021 après un dîner de cohésion, en présence de son ex-coéquipière Aminata Diallo, mise en examen pour violences aggravées et association de malfaiteurs dans cette affaire, Hamraoui a ensuite connu une saison sportive hachée.

Elle a d’abord retrouvé un temps la compétition, avant d’être mise à l’écart en avril après une altercation avec une autre coéquipière. Le PSG a annoncé mardi qu’elle serait « prochainement remise à la disposition » de son entraîneur.

« Quand j’ai vu cette cabale médiatique à mon encontre, j’ai compris qu’un truc était louche. Je ne pouvais pas passer de victime à coupable du jour au lendemain », a expliqué la footballeuse dans une interview enregistrée jeudi après-midi par BFM TV, et diffusée vendredi matin. « C’était un peu surprenant qu’avant chaque match que j’allais jouer, des choses horribles sur moi sortaient », a-t-elle ajouté.

« Une double peine »

Hamraoui s’est refusée à tout commentaire sur Aminata Diallo, considérée par les quatre autres suspects mis en examen comme la « commanditaire » de l’agression, mais dont les avocats continuent de clamer l’innocence. La suspecte a été remise en liberté, sous contrôle judiciaire.

Kheira Hamraoui a en revanche indiqué qu’elle espérait retrouver les terrains au plus vite. « Avec l’expérience et le palmarès que j’ai, je mérite un peu de respect, de la part de tout le monde et notamment de mon club », a-t-elle glissé. « Je me dois de m’entraîner avec mon équipe. C’est une double peine ».

Un document judiciaire de 37 pages, révélé lundi 19 septembre par Le Parisien, est revenu en longueur sur le processus qui a conduit l’ancienne joueuse du Paris Saint-Germain Aminata Diallo, 27 ans, à passer d’une simple rivalité sportive à une véritable détestation de son ex-coéquipière.

Le document décrivant par le menu une « lente dérive psychologique devenue pathologique ». Pour rappel, début novembre 2021, alors qu’elles revenaient d’un dîner organisé par leur club d’alors, les deux jeunes femmes -qui circulaient avec une autre coéquipière, Sakina Karchaoui- avaient vu leur véhicule arrêté par des hommes cagoulés à Chatou, dans les Yvelines. Kheira Hamraoui avait alors été violemment agressée à coups de barre de fer, une attaque lors de laquelle elle a cru mourir, a-t-elle expliqué depuis.

À voir également sur Le HuffPost : Mbappé et Galtier ont-ils choqué aussi les supporters du PSG ? On a posé la question au Parc des Princes

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi