Khatia Buniatishvili, la virtuose

La jeune pianiste géorgienne Khatia Buniatishvili devenue française avait été la vedette du concert du 14-juillet  2018 à la tour Eiffel. Elle est ce soir l'invitée de l'émission Fauteuil d'orchestre sur France 5.

Paris Match. Votre interprétation des oeuvres est très fougueuse et personnelle. Trop, au goût de certains…
Khatia Buniatishvili . L’interprétation est une relation entre deux personnes, un voyage infini avec un compositeur. Jusqu’où pouvons-nous aller sans être dépendant de l’opinion des autres ? Je respecte scrupuleusement la partition tout en ayant ma propre lecture, composée des sentiments et de la perception qu’elle m’inspire. On ne peut pas jouer Molière comme au XVIIe siècle ! Les choses ne sont pas définitivement figées, ou il n’y aurait pas d’avenir.

Lire aussi:Khatia Buniatishvili: l'envol virtuose

A l’âge de 4 ans, dans votre Géorgie natale, votre mère vous met au piano avec votre soeur, Gvantsa…
Elle-même était pianiste amateur, et elle souhaitait que ma soeur et moi connaissions la musique. Il paraît que chaque matin je réclamais une nouvelle partition et me hissais sur la chaise pour jouer ! Toute petite, le piano s’est imposé à moi comme un membre de la famille.

Concerto improvisé sur un piano en libre accès dans le hall de la gare de Lyon, le 8 juillet.
Concerto improvisé sur un piano en libre accès dans le hall de la gare de Lyon, le 8 juillet.

Concerto improvisé sur un piano en libre accès dans le hall de la gare de Lyon, le 8 juillet. © Vlada Krassilnikova/Bestimage (...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles