Kevin Spacey, accusé d'agressions sexuelles, plaide «non coupable» à Londres

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© WIktor Szymanowicz / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après de nombreuses accusations contre l'acteur aux États-Unis pendant le mouvement #MeToo, Kevin Spacey est de nouveau attendu jeudi à Londres pour une audience préparatoire devant la justice britannique, face à des accusations d'agressions sexuelles sur trois hommes qu'il conteste. Laissé en liberté à l'issue d'une première audience il y a près d'un mois, l'acteur star de la série "House of Cards" est poursuivi pour quatre agressions sexuelles sur trois hommes entre mars 2005 et avril 2013.

L'acteur veut "prouver son innocence"

Le comédien de 62 ans, attendu à la cour de l'Old Bailey, est également accusé d'avoir forcé l'un d'eux à une activité sexuelle avec pénétration sans son consentement, chef d'accusation qui se distingue du viol (qui implique une pénétration avec un pénis) dans le droit anglais.

Certains faits auraient été commis dans le quartier de Lambeth à Londres, où se trouve le théâtre Old Vic dont il fut directeur artistique entre 2004 et 2015. Après le feu vert du parquet aux poursuites, l'acteur s'était dit "déçu" mais avait annoncé son intention de se présenter devant la justice britannique pour "prouver son innocence". À l'issue de cette matinée devant la justice, Kevin Spacey plaide non coupable.

"M. Spacey dément vigoureusement tout acte criminel dans cette affaire", avait déclaré le 16 juin son avocat, Patrick Gibbs, "il doit répondre à ces accusations pour poursuivre sa vie".

>> LIRE AUSSI - Accusé d'agressions sexuelles, Kevin Spacey laissé libre...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles