Kevin McCarthy, Mali, Alzheimer et Barenboim : les informations de la nuit

CHIP SOMODEVILLA / Getty Images via AFP

Toujours pas de “speaker” à la Chambre des représentants américaine. Le républicain Kevin McCarthy a échoué vendredi soir, pour la 14e fois consécutive, à se faire élire président de la Chambre de représentants. L’élu de Californie et son entourage pensaient pourtant être en mesure de décrocher l’élection, après des heures de négociations, mais il a manqué une voix pour mettre fin au feuilleton politique américain de la semaine. Le ton est même monté entre McCarthy et l’un des élus républicains lui ayant refusé son vote. Cette 14e défaite “étale au grand jour les divisions au sein des républicains et préfigure à quel point il sera difficile de gouverner, avec une faction d’extrême droite indisciplinée déterminée à réduire les dépenses et à semer la pagaille à Washington”, analyse The New York Times.

Mali : 49 soldats ivoriens graciés par la junte. Les soldats avaient été arrêtés en juillet dernier à l’aéroport de Bamako, “accusés de conspiration contre le gouvernement malien”, provoquant de vives tensions diplomatiques avec Abidjan, rappelle la Deutsche Welle. La junte accusait les soldats d’être des mercenaires, alors que la Côte d’Ivoire assurait qu’ils faisaient partie d’une mission de maintien de la paix de l’ONU. Les 49 soldats ont été graciés vendredi par le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta. Quarante-six d’entre eux avaient été condamnés le 30 décembre à vingt ans de réclusion criminelle. Trois femmes appartenant au groupe avaient quant à elles été libérées en septembre, avant d’être condamnées à mort par contumace.

Les États-Unis autorisent un nouveau traitement contre Alzheimer. L’Agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé vendredi la commercialisation du Leqembi, un nouveau traitement contre l’Alzheimer qui devrait “susciter un intérêt considérable auprès des patients et des docteurs”, écrit The New York Times. Les études jugent le médicament – administré par intraveineuse une fois toutes les deux semaines – “plus prometteur que les rares traitements déjà existants”. Mais plusieurs experts de la maladie tempèrent cet enthousiasme, estimant le “ralentissement du déclin cognitif” promis par le médicament ne sera peut-être pas “suffisant” pour que les patients notent une amélioration de leur état.

[...] Lire la suite sur Courrier international